Le débat entre Guillaume Tanneux, Richard Vacquer et Christian Laurut.

La contribution de Luc Laforets.

3 commentaires sur “Pourquoi faut-il Renouveler la Constitution ?

  • Luc Laforets

    Notre ami de la Résistance Jean-Charles Aknin, viens de me communiquer un très bon texte à mon avis.
    Il est reproduit ci-dessous. Sa dernière phrase justement est l’objet du Cercle du Renouvellement Constitutionnel (CRC – https://CercleRenouvellementConstitutionnel.org) : Être en amont de l’écriture de toute Constitution.
    La page Facebook de Jean-Charles Aknin : https://www.facebook.com/profile.php?id=100030927545076

    << En ces temps troublés, où tout semble devoir basculer, que ce soit du point de vue des équilibres géostratégiques, écologiques, monétaires, évidemment politiques et sociaux et même biologiques, beaucoup s’attellent à chercher des solutions ou des planches de salut, mobilisant leur savoir-faire, leur savoir penser, chacun au travers de son domaine de compétences. C’est tout naturel et souhaitons le succès à ceux qui se mobilisent dans cette recherche de maintien - ou de recouvrement - de ces équilibres de plus en plus précaires. Ainsi « vouloir refaire le monde » est de moins en moins un hobby pour intellectuels désœuvrés et devient une activité légitime, même vitale. Cette volonté a toujours existé - puisque le monde a toujours été perfectible - mais l’observation lucide indique que les enjeux sont devenus aujourd’hui à ce point critiques qu’on peut, sans plus faire sourire personne, les qualifier d’existentiels. A ces enjeux existentiels s’ajoutent l’imminence et l’efficience de ces bouleversements et donc l’urgence. La multiplicité des fractures systémiques est telle qu’il est impossible au simple citoyen d’envisager une réaction sur tous les fronts à la fois. Certains se focalisent sur les enjeux écologiques, d’autres sur le support social, d’autres encore exercent leurs compétences sur l’aspect monétaire ou autre… Chacun à sa place peut imprimer son influence si négligeable soit-elle pour éclairer, informer, résister aux desseins funestes qui assaillent actuellement les sociétés humaines. Ici, il sera question de Politique au sens d’organisation de ces sociétés humaines. D’aucuns diront que la Politique n’est pas l’urgence actuelle. - Les bruits de bottes sont à étouffer en premier et la géostratégie agrège tous les rapports de force (ressources alimentaires, minières, énergie, capacités de production, démographie) qui, mal gérés, déséquilibrent le monde. - L’urgence écologique est l’urgence vitale. Sans le maintien d’un biotope viable, nul salut. - C’est la monnaie qui transcende tous les aspects des liens humains. Elle est la concrète représentation de l’ordonnancement mondial. La Politique n’est peut-être pas le marche-pied primordial (en sens « premier ») pour répondre aux alarmes multiples qui clignotent à tous les étages, mais y a-t-il vraiment une réaction primordiale à avoir face à l’avalanche de périls qui déferle ? Chacun choisit le champ sur lequel il estime pouvoir agir. Ainsi nombre de citoyens mobilisent leurs modestes moyens pour s’investir dans la chose politique, non pas en se présentant aux élections et cautionner naïvement le système en place mais, à rebours, en entamant une réflexion critique sur son fonctionnement. Les déboires, les ratés de ce système sont si patents qu’il serait inconséquent de ne pas le remettre en cause. Donc fort logiquement, la plupart s’attellent à revisiter la Constitution censée être la clé de voûte de la Politique nationale. Mais est-elle vraiment cette clé de voûte ? La réflexion qui suit explore ce credo qui semble faire consensus mais qui mérite d’être questionné. Refonder la Nation en travaillant à l’avènement d’une nouvelle Constitution est une ambition louable mais encore faut-il vérifier en amont dans quelle mesure la Constitution serait la « clé de voûte » politique des Nations et quels en seraient les contours. >>

  • Luc Laforets

    Jean-Charles poursuit son analyse par ce texte

    J’ai juste regardé partiellement des vidéos où il était question des articles de la Constitution (notamment les articles 7, 8 et 9). En soi c’était d’un bon niveau.
    Mais je n’y ai pas retrouvé ton projet : “avant la Constitution”. Donc je suis perplexe.
    J’ai continué ma rédaction. C’est une introspection sur l’édifice intellectuel nécessaire à l’entame d’un rédactionnel Constituant – c’est à dire en réponse à ton projet initial.
    J’ai écrit une dizaine de pages et je dois dire que je me prends une sacrée claque tant la Nature Humaine ne m’inspire rien de bien ou de prometteur dans la poursuite du Grand Œuvre Constitutionnel.

    • Luc Laforets

      Voici ma réponse :
      Jean-Charles, tout ce qui est sur le site du CRC est bien en amont, “avant la Constitution”. Tu pourras t’en faire une idée en parcourant notre programme de travail (https://cerclerenouvellementconstitutionnel.org/2022/04/08/le-programme-de-travail-du-cercle-du-renouvellement-constitutionnel/).
      Par exemple les articles étudiés jusqu’ici sont ceux de la “Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen” (DDHC) de 1789. Nous analysons les principes posés par nos prédécesseurs pour voir où le bas blesse : sinon nous n’en serions pas là !
      Cette étude de l’existant est indispensable à toute nouvelle construction constitutionnelle.
      Nous la complétons par l’étude de thèmes particuliers, comme “Le Pouvoir” par exemple. Car si l’on ne comprend pas quelle est son essence, il n’y a guère de chance de définir des règles qui le définisse et l’encadre.

      Tu t’interroges sur la nature humaine et le peu de promesses d’avenir qui en résulte. L’Homme est capable du pire comme du meilleur. Toutefois, dans les limites de notre caractère à la fois naturel et artificiel, et de tout ce qui en résulte pour les sociétés ; je demeure persuadé que l’Homme peut, si il le veut, être maitre de son destin.
      Mettre en place les bonnes règles est essentiel. Cela nécessite une vision réaliste de l’Homme. C’est-à-dire de le prendre tel qu’il est. Pas comme une idéalisation résultat de je ne sais quelle “éducation”. Voilà la matière.
      Les thèmes de débat à venir sur le Droit Naturel, mais aussi sur les questions organisationnelles, et tout particulièrement le contrôle ; sont essentiels pour bien tenir compte de ce qu’est l’Homme. Cela passe aussi par la question du modèle de société à mettre en place. Un modèle tenant compte des tendances à l’ambition de certains hommes mais aussi à la passivité de certains autres. Un modèle enfin en accord avec le sens de l’histoire, donc avec direction imposée par son moteur sous-jacent.
      Mais, là pour cette dernière partie, c’est plus sur le site de 1P6R que tu trouveras des propositions de réponses à ces défis.

Répondre à Luc Laforets Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Envoi d\
YouTube